Géo-archéologie et zones humides à Araules

Une opération de prospection inventaire diachronique a été menée sous la direction d’AM Dendievel et E. Bouvard-Mor sur les communes d’Yssingeaux et d’Araules dans le massif du Meygal (Haute-Loire) en octobre et novembre 2017, sous l’égide de la DRAC AuRA.

Cette opération s’ancre dans un contexte scientifique de recherche pluridisciplinaire, associant archéologues et géographes, afin d’approcher les dynamiques d’occupation dans l’Est du Massif central. Cette opération a été bâtie comme un stage de terrain pour les étudiants de 3ème année de Géographie, dans le cadre de l’enseignement de « Gestion Environnementale » à l’Université de Saint-Etienne (Université de Lyon).

L’objectif de ce travail était de recenser les indices d’occupation dans le lit majeur des ruisseaux de Bellecombe et de l’Auze (ordre Strahler 1 à 2). Une attention particulière a concerné les structures hydrauliques et les zones humides associées (étangs, marais et tourbières) qui constituent de véritables héritages archéologiques et historiques.
Au total, l’opération 2017 a permis de prospecter 35 parcelles (22 ha, soit 0,22 km² au total).  En raison du contexte de prospection (bord de cours d’eau), les éléments mis au jour correspondent principalement à des structures hydrauliques bâties ou enfouies dont il est difficile d’estimer l’origine et la durée de fonctionnement.

Parmi ces découvertes :
    – Le bief et le moulin de Longas (Araules) semblent antérieurs à la période moderne. La disposition des vestiges sur une terrasse alluviale perchée ainsi que les dimensions du moulin suggèrent la présence d’une roue horizontale, typique des installations hydrauliques médiévales et modernes dans la moitié sud de la France.

- Un barrage, une béalière en partie conservée et un bassin de rétention d’eau, reprenant le tracé de deux anciens biefs, ont été mis en évidence à Feyterme, sur le versant opposé au moulin de Longas. Des aménagements de berge (encoches et escarpement à degrés) taillés dans le socle granitique en contrebas du barrage de Feyterme pourraient être destinés à implanter des activités halieutiques (pêcheries ?) ou artisanales (rouissage du chanvre ?).
    – Un autre bief, identifié plus en aval, mène vraisemblablement à une ancienne pièce d’eau alimentant le monastère de Bellecombe (Yssingeaux). Ce dernier fait actuellement l’objet de travaux qui ont mis au jour l’église abbatiale et une annexe attenante au sud-est (chapelle, sacristie ?). Une intervention archéologique d’urgence est requise.
    – Enfin, immédiatement en contrebas du clos monastique, un autre étang et sa digue en terre ont été identifiés.
    – Cette opération a également mis en évidence une tourbière limnogène à «Pré-du-May» (Araules). Son remplissage sédimentaire (argiles lacustres puis tourbe) témoigne d’un ancien étang qui se serait entourbé après la fin de son entretien. Ce site est particulièrement important et semble conserver des archives paléoenvironnementales uniques dans cette partie du Massif central oriental. Des datations carbone 14 sont prévues pour apporter des précisions quant à la chronologie et au comblement de cet ancien étang.

Share Button

À propos de André-Marie Dendievel

Docteur en géographie physique et environnementale, Université de Lyon-St-Etienne Spécialiste de la reconstitution des trajectoires hydro-écologiques des zones humides au cours du temps, en lien avec les héritages sociétaux Terrains d'étude : Massif Central, Maroc, Italie méridionale
Ce contenu a été publié dans Actualités, géoarchéologie, Moyen-âge, Opérations de terrain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>